Il y a 500.000 logements vacants en Ile de France.

Une bonne partie des propriétaires de ces logements, préfèrent renoncer à un loyer, afin de de ne pas courir le risque de voir celui-ci occupé plusieurs années gratuitement, du fait d’une législation protectionniste à l’excès.

C’est, en particulier, le cas des petits propriétaires de logements modestes, par nature pourvoyeurs de logements sociaux qui assuraient une vraie mixité urbaine.

Pour que les propriétaires remettent ces logements sur le marché, il faut qu’ils puissent négocier librement leurs contrats de location, et bénéficier de conditions équivalentes à celles attribuées à ce jour par la loi au locataire.