Notre Conseil Général n’est pas favorable à l’utilisation de la voiture: sous la pression des élus verts qui en font une question idéologique, l’automobile est considérée, à tort, comme le principal responsable de nos pollutions.

Afin d’utiliser au mieux l’infrastructure auto-routière, nous préconisons la modification de la réglementation afin:

  • de supprimer le monopole des taxis de banlieue, le déploiement d’un service de taxis collectifs entre points fixes s’arrêtant à la demande, des bus express doublant les lignes omnibus…
  • La facilitation du covoiturage autorisant, par exemple les voitures qui ont fait le plein de passagers à utiliser les voies express, le développement du transport fluvial, l’ouverture d’un système d’information et de réservation multi-opérateurs sur Internet et sur téléphone portable.