Ainsi les ennemis de toujours se sont réconciliés sous les ors du palais de l’Elysée :
Jean Sarkozy affiche désormais son intention de soutenir la candidature de Patrick Devedjian à la présidence du Conseil général, lequel déclare, hilare : « Il y avait tellement de gens pour mon  enterrement que j’ai décidé de ne pas m’y rendre »

Un revirement qui ne fait pas que des heureux :

Sans doute fatigué de jouer les bons soldats, le maire du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, hostile à Patrick Devedjian, a démissionné de son poste de secrétaire de la fédération UMP du département, et déclare : « Je pense que faire passer ces enjeux départementaux après des enjeux nationaux n’est pas une bonne chose » tout en se réservant « la possibilité de présenter [sa] candidature au poste de président du conseil général ».

Proche de lui, le député UMP Jean-Jacques Guillet – élu cet hiver à la tête de la fédération UMP, contre Patrick Devedjian qui occupait le poste – pourrait aussi manifester publiquement son opposition.

Les querelles d’égos n’ont pas fini d’agiter le landerneau Alto-séquanais !