Yann Henry 2011

Un site utilisant Le réseau des candidats libéraux


Migration blog

Dorénavant, vous pouvez suivre mes nouvelles publications ici.

No Comments

Milton Friedman : socialisme vs capitalisme

Milton Friedman démontre la plus grande efficacité du système capitalisme et la supériorité de la liberté individuelle sur la bureaucratie.

Quelle grande naïveté que de penser que l’on puisse être dirigés par des hommes politiques vertueux, agissant dans notre intérêt et pas dans le leur…

« À la base de toutes les doctrines totalitaires se trouve la croyance que les gouvernants sont plus sages et d’un esprit plus élevé que leurs sujets, qu’ils savent donc mieux qu’eux ce qui leur est profitable. » Ludwig von Mises

No Comments

Affaire DSK : et la victime?

Bien évidemment, je suis pour le respect de la présomption d’innocence. Tant qu’un individu n’est pas condamné définitivement, il est présumé non coupable. Mais respecter la présomption d’innocence ne veut pas dire considérer et traiter la victime comme une mythomane jusqu’à la condamnation définitive de l’accusé. La course que se livre certains politiques pour montrer qu’ils respectent encore plus la présomption d’innocence que leur voisin a quelque chose d’indécent et de malsain.

Oui à la présomption d’innocence, mais oui aussi à la liberté d’opinion et d’expression.

Je crois en la responsabilité individuelle, c’est-à-dire que je n’ai pas à être tenu pour responsable d’une action commise par quelqu’un d’autre. Je n’ai ainsi, parce que je suis français, pas à m’excuser du comportement (présumé…) de Dominique Strauss-Kahn. Pas plus que de la presse française pour son omerta (avérée) sur les ‘affaires’ DSK déjà survenues en France et étouffées puis de son traitement de l’affaire. Néanmoins, je m’associe pleinement à ceux qui ont lancé l’opération ‘Une rose pour Ophélia’, pour afficher mon soutien à la victime d’un viol. Tous les trente clics, une Rose blanche sera envoyée à Ophélia, victime de l’agression présumée de Dominique Strauss-Kahn. Ainsi, en cliquant ici vous pourrez participer à l’opération.

1 Comment

Analyse des résultats du 1er tour

Quelques commentaires sur les résultats de ce premier tour.

Tout d’abord je me félicite du fort taux d’abstention, qui dépasse les 55% (66,67% dans le 5ème canton de Troyes). Celui-ci est difficilement comparable aux cantonales précédentes, puisque couplée à aucune autre élection. De plus, l’actualité récente (Japon, Libye…) a certainement joué dans le désintérêt des français pour cette élection. Les chiffres sont donc à prendre avec des pincettes, mais manifestent un rejet des politiques dont je me réjouis.

Mon score personnel, 1,14% (19 voix), me semble décevant, mais il s’explique très bien. Tout d’abord, le PLD est un jeune parti (créé en 2008) nécessairement moins bien rôdé que les sont les machines électorales de l’UMP ou du PS par exemple. L’objectif initial était de faire connaître le parti et de proposer une offre libérale, absente du paysage politique actuel. De plus, les idées libérales y sont revendiquées fièrement, ce qui dans le contexte français laisse une base électorale étriquée.

N’oublions pas que pour bénéficier d’un financement public, un parti doit dépasser le seuil de 1% dans 50 circonscriptions lors des législatives. Une performance similaire (1,14%) en 2012 pourrait avoir toute son importance. Je précise que je ne cours pas après les subventions publiques et que je trouve ce système malsain. Il serait beaucoup plus juste que les partis ne bénéficient que du financement direct des citoyens, de manière décorrélée de leurs résultats. Mais c’est le système tel qu’il est et, avant d’arriver au pouvoir, nous devons jouer selon ses règles. Et comme les subventions (dont une partie vient de ma poche) vont majoritairement à l’UMP et au PS, il n’y aurait rien de choquant à ce que le PLD ait sa part (celle qui vient de ma poche).

Le deuxième tour opposera donc deux candidates, UMP et EELV. Je ne choisirai pas entre ces deux partis étatistes et dirigistes, dont les différences sont assez factices. Je m’abstiendrai très probablement, la possibilité de me voir glisser un bulletin ‘Bastiat’ dans l’urne existant néanmoins.

Libéralement,

Yann HENRY

No Comments

Résultats du 1er tour

1/ Sibylle BERTAIL (UMP-NC) : 39,13%

2/ Virginie COUSIN (EELV-PS) : 23,42%

3/ Marc MALARMEY (FN) : 21,21%

4/ Philippe BEURY (MoDem) : 8,30%

5/ Florent BALLANFAT (Front de Gauche) : 6,81%

6/ Yann HENRY (PLD) : 1,14%

Merci à ceux qui ont voté pour moi. La route vers la liberté est encore longue.

Libéralement,

Yann HENRY

1 Comment

Cantonales – Débat du 11/03/2011

Les journaux locaux organisaient, ce vendredi 11 mars 2011, les candidats du 5ème canton de Troyes (seul le candidat FN était absent).

Table ronde
Présentation

No Comments

Parvenir à la sécurité alimentaire

L’inflation, notamment sur les denrées alimentaires, connaît depuis plusieurs mois une résurgence violente. Celle-ci a découlé sur d’importants troubles sociaux, souvent violemment réprimés, dans de nombreux pays : Algérie, Maroc, Jordanie, Yémen, Tunisie… Certains ont pris quelques mesures concrètes : le gouvernement algérien a ainsi suspendu provisoirement des taxes de l’ordre de 41 % portant sur les produits de première nécessité. D’autres, comme le président Ben Ali en Tunisie, se sont contentés de promesses plus vagues : le régime tunisien a été renversé. La préoccupation inflationniste est également très présente en Chine, où l’inflation a atteint 5,1% en novembre, avec 11% sur les matières alimentaires.

Il va donc falloir trouver des bouc-émissaires à cette flambée des prix. Comme pour les dettes souveraines, les spéculateurs vont certainement figurer parmi les premiers accusés par les médias et les politiques. Evidemment ces derniers ont une influence sur les prix du marché, à la hausse comme à la baisse, mais cette influence est nécessairement limitée dans le temps. En janvier 1999 le pétrole était encore très bon marché et se traitait à 12,50 $. A chacune de ces hausses successives les spéculateurs furent accusés. Il est aujourd’hui aux alentours des 90 $. Comment la spéculation aurait-elle pu le porter pendant plus de 10 années ? Ne faudrait-il pas rechercher une explication plutôt du côté des fondamentaux de l’offre et de la demande, de l’OPEP ou d’une peur (irrationnelle ?) du fameux pic pétrolier ?

Pour l’économiste Jean-Yves Naudet, « Il y a quelques années, on accusait les spéculateurs de ruiner le tiers-monde en poussant à la baisse des prix ; maintenant, on les accuse du péché inverse.

Si un marché a spontanément des prix stables, parce qu’offre et demande s’y adaptent en permanence, il n’y a pas besoin de marché à terme. En revanche il est des secteurs où le prix varie fortement d’une période à l’autre. C’est le cas dans l’agriculture, on le sait depuis au moins le XVII° siècle avec la loi de King : le prix s’effondre en cas de bonne récolte, et c’est la ruine des paysans, tandis qu’il fait la prospérité des mêmes paysans en cas de disette.

La spéculation ne fait qu’anticiper, accroître la tendance à court terme, mais on ne spécule pas durablement contre la réalité. »

Le marché à terme fonctionne comme une assurance. Prenons l’exemple d’un bien qui vaut 100. Si je suis consommateur de ce bien, je veux me protéger contre une éventuelle future hausse de son prix. Je peux donc, pour me couvrir, m’engager à payer 110 (contre une prime à donner) dans 1 an pour ce même actif. Si les prix explosent et atteignent 130, je toucherai 130-110=20. La hausse aura donc été partiellement amortie. Si par contre les prix restent stables ou baissent, je recevrai 0. Comme pour une assurance, j’aurai donc payé une prime, et si le sinistre (la hausse des prix ici) s’est réalisé, j’aurai couvert ou limité les dégâts. Si le sinistre ne s’est pas réalisé, j’aurai donc juste perdu ma prime. Une compagnie aérienne peut par exemple vouloir couvrir son risque contre la hausse du prix des carburants. Air France-KLM est ainsi un habitué de ce type de couvertures. Il a réussi à amortir une partie de la hausse avant d’être perdant avec un baril sous les 70 $.

Inversement, si je suis producteur je vais vouloir me prémunir contre une baisse des prix. Je vais donc m’engager à vendre dans 1 an mon actif à 90 (contre une prime à recevoir). Si les prix se sont effondrés à 70, je vais donc empocher la différence et ma perte de revenu sera limitée. Par contre, si les prix augmentent, ou même restent supérieurs à 90, je vais perdre la différence entre le prix et 90.

Ainsi, si par l’achat je ne m’expose qu’à la perte de la prime (connue à l’avance), par la vente je m’expose à une perte (inconnue à l’avance) en théorie illimitée. La vente est donc une opération potentiellement beaucoup plus risquée, que les spéculateurs sont parfois les seuls à oser effectuer.

Comme tout marché, le marché à terme ne peut fonctionner correctement que s’il y a des acheteurs et des vendeurs. Et plus ils sont nombreux, plus les marchés sont efficients, et plus chacun est susceptible de trouver une contrepartie avec qui effectuer son opération. C’est ici qu’interviennent les spéculateurs. Sans eux, il est illusoire de trouver une contrepartie souhaitant effectuer l’opération inverse, au même moment, au même prix et à la même maturité.

Les marchés à terme sont donc très utiles pour lutter contre les conséquences néfastes de la volatilité importante du prix de certaines matières premières et ne peuvent fonctionner efficacement le plus souvent que grâce aux spéculateurs.

Le ministre de l’économie mexicain a annoncé récemment que son pays s’était couvert sur le maïs à hauteur de deux millions de tonnes. Le Mexique souhaite éviter une seconde émeute des tortillas (galette préparée traditionnellement à base de maïs), après celles ayant fait rage en 2008. Il existe en effet au Mexique un programme gouvernemental appelé ASERCA qui propose des subventions de 50% à 100% pour permettre aux producteurs et à l’industrie alimentaire de se protéger contre la volatilité du prix des matières premières. Il rencontre un succès croissant puisque son budget est passé de 80 M$ en 2006 à 842 M$ en 2011. Un bémol toutefois, son but originel était d’inciter les entreprises à se couvrir elles-mêmes sur ces marchés, alors qu’elles continuent à passer par le programme gouvernemental, vraisemblablement à cause des généreuses subventions.

Si les marchés financiers peuvent être d’un grand secours, il serait surtout plus simple de retirer toutes les entraves au développement économique et au libre-échange qui ont fleuri dans les pays en voie de développement. En premier lieu, il faudrait reconnaître les droits de propriété, comme le soulignait l’économiste péruvien Hernando de Soto dans Le Mystère du capital : Pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs. Ainsi la Côte d’Ivoire, qui a formalisé depuis 1998 le droit foncier, a limité les écueils liés à l’absence de propriété privée clairement définie : contestations sans fin, insécurité des propriétaires et des locataires (qui ne peuvent passer de contrats de location et sécuriser leurs investissements), sols sans valeur (frein au développement d’un marché foncier, essentiel pour sécuriser les investissements sur les terres rurales)… A l’opposé, l’Inde a mis de fortes restrictions à la propriété foncière et à son transfert. Cela découle sur peu d’investissement dans l’outil de production (l’agriculture est essentiellement manuelle) et un morcellement des terrains qui limite les gains en productivité. Cela implique également des manques en investissements en infrastructures logistiques (transport et stockage), avec pour conséquence une déperdition de 30% à 40% de la production agricole avant d’atteindre le consommateur. De peur de mécontenter les petits commerçants, le gouvernement refuse également d’ouvrir le marché à la grande distribution étrangère. Les marges des intermédiaires locaux n’en sont que plus grandes.

On retrouve également en Afrique ce gaspillage, dû au manque d’infrastructures, aux mauvaises conditions de stockage, aux retards administratifs ou aux barrages routiers.

L’économiste Caroline Boin, de l’International Policy Network, met en lumière les conséquences désastreuses des droits de douane :

« Les obstacles au commerce sont quatre fois plus élevés dans les pays en développement que dans les pays riches : la moyenne des droits de douanes sur les produits agricoles dans les pays en développement étaient de 15,2 % à l’ouverture du cycle de négociations du cycle de Doha « pour le développement » sous l’égide de l’OMC en 2001 – comparativement à 2,8 % dans les pays de l’OCDE à revenu élevé. Ces politiques contre-productives et cruelles font monter le prix de la nourriture au milieu d’une malnutrition généralisée.

La faim est causée non seulement par des barrières contre la libre circulation de la nourriture, mais aussi par des obstacles contre la technologie. Les droits de douane et les autres politiques nuisibles ont fait grimper les prix [des technologies], les mettant hors de portée des agriculteurs. »

Les États portent également une lourde responsabilité, par les restrictions imposées au libre-échange. Fait aggravant, les restrictions sont le plus souvent durcies en période de crise alimentaire.

Caroline Boin expliquait ainsi que « malgré un approvisionnement suffisant, le riz a atteint un sommet jamais atteint en raison d’une interdiction sur les exportations indiennes de riz qui a provoqué une panique d’achat chez les importateurs ».

La Russie ayant, plus récemment, décrété un embargo sur ses exportations de blé après les incendies de l’été dernier, la France se retrouve seul fournisseur de blé avec les Etats-Unis. Autant dire que quand Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, a déclaré que si la « crise devait se poursuivre, il faudrait prendre des dispositions pour limiter les exportations et garantir le niveau des stocks », on a craint le pire pour le cours du blé. Il essaya heureusement de rattraper sa boulette dans la foulée en assurant qu’il n’était « pas question de limiter les exportations françaises de blé ».

Certains pensent que les aliments ne devraient pas être soumis à la loi du marché parce qu’ils sont indispensables à la vie humaine. Mais c’est justement pour cette raison qu’il est criminel de les exclure du libre-échange.

Voici les nombreuses voies qui s’offrent aux pays en voie de développement pour assurer leur sécurité alimentaire. Ce sera plus efficace et sans doute plus réaliste que de compter sur la fin des subventions massives à l’agriculture dans l’Union Européenne et aux Etats-Unis.

No Comments

Dettes souveraines en zone euro : une asphyxie programmée

Le jeudi 6 janvier, la France a effectué sur les marchés obligataires son premier placement de l’année. La bonne nouvelle est que l’adjudication a rencontré un franc succès auprès des investisseurs : près de 9 milliards d’euros ont été alloués alors que la demande s’élevait au double.

La mauvaise nouvelle réside dans les rendements exigés. S’ils sont, au regard des niveaux historiques, à un niveau raisonnable, ils traduisent tout de même un mouvement perceptible de hausse qui a débuté fin août et qui va très certainement continuer. A cette époque, le taux 10 ans se traitait aux alentours de 2,50%, contre 3,38% actuellement.

Cela est d’autant plus inquiétant que le programme d’émission de dette moyen-long terme de la France est assez important cette année. En effet, pas moins de 187 milliards d’euros vont venir alimenter les marchés, moitié pour renouvellement des emprunts arrivant à échéance, moitié à cause du déficit.

Les experts de RBS estiment depuis plusieurs années les besoins de refinancement des pays de la zone euro. En 2011, ce sont 853 milliards d’euros qui devront être levés :

Ces trois dernières années, les émissions de dettes souveraines des principaux pays de la zone euro s’étaient élevées à 660, 935 puis 933 milliards d’euros. Et RBS prévoit le franchissement de la barre des 1 000 milliards d’euros pour 2012. L’année 2011 devrait donc voir un léger reflux des encours collectés.
Mais, comme pour la stabilité entre 2009 et 2010, il faut y voir le signe non d’une moins mauvaise gestion mais des difficultés d’accès au marché de pays comme la Grèce, le Portugal et l’Irlande. Ces derniers ont en effet utilisé des circuits parallèles comme le Mécanisme Européen de Stabilité Financière (MESF), le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) et le FMI à hauteur de 142,5 milliards d’euros :

On remarquera également au passage que la France va avoir un besoin de refinancement quasi-identique à celui de l’Allemagne. Sans doute la fameuse convergence dont parlait Nicolas Sarkozy… Le problème étant que les deux pays ne sont pas tout à fait de la même taille et que les marchés ont plus confiance dans la (relative) rigueur allemande face à la crise que dans le laxisme français mêlé de relance keynésienne. En effet, au niveau des rendements demandés par le marché, il y a plutôt divergence :

Le spread (écart) entre le Bund 10 ans et l’OAT 10 ans, qui était régulièrement sous les 20 points de base (0,20%) depuis l’introduction de l’euro, s’est nettement accru depuis début 2008. Il dépasse désormais les 50 points de base.

Reste que les montants à lever de manière ‘classique’ sont colossaux. L’appétit des investisseurs va-t-il suffire à combler ces gigantesques besoins. Vont-ils être capables d’absorber plus de 1 000 milliards d’euros chaque année ? Vont-ils en avoir la volonté si, comme le souhaitait Christine Lagarde, des clauses d’action collective permettant de restructurer la dette sont instaurées pour les emprunts émis dès mi-2013. La question se pose avec encore plus d’acuité pour la France dont beaucoup d’emprunts vont arriver à échéance dans les années à venir : 95 milliards d’euros en 2011, puis 110 et 101 milliards d’euros en 2012 et 2013. A cela se rajouteront les déficits budgétaires à venir puisqu’aucun équilibre n’est en vue.

Pour éviter un goulot d’étranglement, la solution retenue est non pas de réduire les déficits, mais de rallonger les maturités des obligations émises. La France est ainsi le seul pays a émettre à 50 ans. La problématique du refinancement interviendra donc plus tard et reposera sur les épaules déjà bien chargées des générations futures. On peut donc s’attendre à voir la durée de vie moyenne de la dette française , à 7 ans actuellement, continuer à augmenter.

Les conditions sont par ailleurs opportunes puisque la courbe des taux est assez plate actuellement, c’est-à-dire que les rendements exigés pour les maturités très longues diffère peu des maturités longues (3,85% pour le taux 20 ans contre 3,90% pour les taux 30 et 40 ans).
Mais il s’agit là de moyen-long terme, alors qu’il est loin d’être acquis que les refinancements prévus les prochaines années puissent se faire, étant donnée notre forte dépendance des investisseurs étrangers (70% de la dette est détenue par des non-résidents). En cas de problème, les ‘spéculateurs’ et les ‘marchés financiers’ seront alors évidemment jetés à la vindicte populaire, mais la ficelle commence à être usée et l’incurie budgétaire des différents gouvernements successifs finira par apparaître. La Chine devra-t-elle jouer les sauveurs ? Ou alors faudra-t-il se tourner vers la BCE, qui en est déjà à 73,5 milliards d’euros d’obligations d’Etat achetées (toutefois encore loin des 1 000 milliards de dollars estimés d’emprunts US de la Fed). On comprend dans ces conditions que les nouvelles réglementations financières telles que Solvency II ont pour but inavoué de détourner les investissements des assureurs des actions vers les obligations d’Etat. Et ce au détriment de la croissance future.

No Comments

Une réduction du nombre de fonctionnaires, vraiment ?

Nicolas Sarkozy en avait fait un de ses thèmes majeurs de campagne en 2007 :

« Je fais mien l’objectif de ne pas remplacer le départ à la retraite d’un fonctionnaire sur deux. La moitié de la productivité ainsi gagnée doit servir à réduire les déficits, l’autre à augmenter le pouvoir d’achat des fonctionnaires ». Entretien avec Le Monde, 23 janvier 2007.

Il chiffrait alors à 500 millions d’euros l’an les économies réalisées. Et notre Président ne manque pas une occasion de rappeler qu’il a tenu sa promesse et atteint son objectif, comme lors de son discours du 16 novembre dernier.

Las, la Cour des Comptes vient de lancer un pavé dans la marre en révélant que la réalité s’avérait plus nuancée. Le magazine économique Challenges estime l’économie finale à 70 M€, soit sept fois moins qu’annoncé. Comment expliquer cet écart ? Nicolas Sarkozy aurait-il confondu les euros et les francs ?

Tout d’abord, le taux de non-remplacement a été de 41 % en 2009 et Bercy évalue l’économie brute à 860 M€, la moitié (430 M€) devant être redistribuée. Mais la Cour révèle que certains ministères ont gonflé les chiffres et évalue l’économie réelle à 800 M€. L’économie nette retombe ainsi à 370 M€.

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux a également entraîné 300 M€ de nouvelles dépenses En effet, les primes de mobilité, indemnités de départ volontaire octroyées aux salariés victimes d’une restructuration et indemnités de chômage ont coûté 160 M€, auxquels il faut rajouter 140 M€ pour les heures supplémentaires.

Et l’on obtient bien les 70 millions, à comparer avec une masse salariale de la fonction publique d’Etat (FPE) de 74 Md€, soit 0,1% du total :

Mais la FPE, ici seule concernée, ne représente qu’une part minoritaire de l‘ensemble des fonctions publiques, qui comprend aussi les fonctions publiques territoriales (FPT) et hospitalières (FPH). Pour avoir une vue globale, il faudrait donc connaître l’évolution de ces dernières. Cela tombe plutôt bien, puisque ce jeudi 23 décembre, la DGAFP (Direction générale de l’administration et de la fonction publique) présentait justement son rapport annuel sur les effectifs.

Malheureusement la DGAFP nous brosse un paysage au 31 décembre… 2008, soit un décalage de deux ans ! On ne peut que regretter la faiblesse de l’outil de mesure.

S’il est donc difficile d’appréhender la dynamique, on peut néanmoins mesurer le poids de la fonction publique : 20,1% soit un emploi sur cinq. Et si l’on les quatre autres catégories citées ci-dessus on atteint 26,2%, soit plus d’un emploi sur quatre ! Ce qui nous place loin devant nos voisins européens, comme l’a signalé l’IFRAP.

La Cour avait déjà remis en cause il y a un an l’application de la règle sans distinction, qui bénéficiait aux ministères ayant gardé le plus de marge de manoeuvre. « On récompense donc les mauvais élèves, ceux qui, au fond de la classe et depuis très longtemps, résistent aux efforts de productivité », déplorait Philippe Séguin.

Et pour la situation a fin 2008, la Cour des Comptes avait calculé que la croissance des effectifs de la FPT et de la FPH faisait plus que compenser la légère diminution de celle de la FPE.

En conclusion, il apparaît clairement que la règle de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite a été un échec retentissant dans sa réalisation. Tout d’abord l’application de la règle s’est faite dans discernement. Ensuite, les baisse d’effectifs dans la FPE ont été plus que compensées par des augmentations dans les deux autres fonctions publiques : il n’y a donc pas économie mais simple transfert de charge. Enfin, ces économies fictives réalisées ont été redistribuées massivement vers les fonctionnaires, les finances publiques de l’Etat ne bénéficiant que d’un reliquat négligeable.

No Comments
Rss Feeds